J.F. Oberlin crée l’événement pédagogique de la fin du XVIIIe siècle et initie un véritable courant d’idées. Ses premières petites écoles, les poêles à tricoter, ne sont pas uniquement les lieux où l’on fait connaître des savoirs mais également et surtout les lieux « du faire comprendre ». Il s’agit de développer des intelligences et non de les asservir. Ces écoles du passé sont-elles dépassées ?

Au sein de l’exposition « Les Poêles à tricoter 250 ans – Rêver l’éducation » il ne s’agit pas d’évoquer une nouvelle fois le passé. Gageons que, dans l’esprit de J.F Oberlin, l’éducation de nos enfants soit demain synonyme de découverte, de “tricotage d’idées” pour ouvrir la voie à des modes de penser où l’homme est au centre de la Création, confiant dans son avenir et acteur de son destin.